Étudiant : coût moyen de la rentrée 2021 estimée à 2.392 euros

Les syndicats d’étudiants publient leurs estimations de budget pour cette rentrée 2021. La rentrée seule devrait coûter 2.300 euros selon la FAGE. Pour l’UNEF le budget total moyen pour cette année universitaire serait de 9.880 euros.

Publié le

Rentrée 2021 : coût en hausse de +1.32%

Selon l’étude du syndicat étudiant Fage, les étudiants dépenseront plus de 2.392 euros pour la rentrée de septembre 2021. Le coût de la rentrée universitaire augmente d’1,32% par rapport à 2020.

Détails des frais pris en compte

  • Frais de la vie courante, mensuels et récurrents : 1 197 €, soit une augmentation de 0,28% par rapport à l’année 2020
  • Frais spécifiques de rentrée : 1 164 €, soit une diminution de 0,31% par rapport à l’année 2020
  • Masques : 32 €

Cette année encore, l’indicateur du coût de la rentrée FAGE nous ramène à la réalité : il est impossible pour un·e étudiant·e de surmonter celui-ci sans avoir recours à une aide parentale, un prêt ou encore un job étudiant qui se font d’autant plus rare avec la crise sanitaire qui sévit toujours.

Depuis 19 ans maintenant, la FAGE distingue deux types de frais : les frais de rentrée et les frais de vie courante. Ces deux derniers confondus connaissent en cette rentrée 2021 une augmentation de 1,32% en moyenne, portant le coût global du coût de la rentrée pour un·e étudiant·e à 2392,47€. Cette évolution s’explique notamment par la continuité de dépenses nouvellement obligatoire pour les étudiant·e·s en raison de la crise COVID, à l’instar des masques et du gel hydroalcoolique. Les frais de vie courante plus particulièrement, passeront de 1 131,53 € à 1 132,44 € en Région et de 1 342,07 € à 1 351,14 € en Ile-de-France. Ces frais sont ceux que connaissent les étudiant·e·s tout au long de l’année universitaire et pourtant la seule mesure annoncée pour la rentrée est une augmentation dérisoire des bourses sur critères sociaux de 1%.

Face à ces constats, il est vital d’agir immédiatement et non pas de manière palliative, comme nous avons pu l’observer ces dernières années, mais bien de façon durable de sorte à endiguer la misère qui condamne aujourd’hui les jeunes à un avenir sinistre. La rentrée universitaire qui concentre les attentes de la population étudiante et néo-bachelière doit être à la hauteur des enjeux, à la fois pédagogiques mais également sociaux et sociétaux. Les jeunes ont enduré trop de difficultés et les politiques publiques trop d’écueils pour que nous ne puissions en tirer des enseignements, c’est pourquoi il est essentiel de faire des bourses sur critères sociaux et de l’allocation de rentrée étudiante les derniers remparts face aux vulnérabilités sociales.

Réduire son budget avec la distribution des repas

Pour vivre, Pierre, étudiant en maths-physique à Strasbourg, a toujours compté sur un job d’été, les APL et sa bourse étudiante. Mais il appréhende un peu plus la rentrée de septembre 2021. "Ça va être beaucoup plus compliqué que durant mes deux premières années d’études supérieures, parce que ma bourse va être beaucoup moins importante", explique-t-il sur FranceInfo. "La première chose sur laquelle je vais me serrer la ceinture, c’est toute la partie alimentaire.". "Je vais faire des repas un peu plus classiques, d’étudiants, donc beaucoup de pâtes. Et si vraiment ça ne suffit pas, il faudra penser à d’autres sources de dépenses."

Année universitaire : un budget moyen de 9880 euros

De son côté l’UNEF a publié le budget moyen pour l’année universitaire 2021-2022. Il ressort en hausse marquée de 2.5%, soit une hausse de 246 euros. Il faudrait ainsi un budget de 9880 euros pour cette année. La première des dépenses étant évidemment le logement.

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également